Pharmacité 2018 : "Comment serons-nous soignés en 2030 ?"

« En route vers 2030 » conclut le président de Leem , Philippe TCHENG de LEEM, dans son discours d’ouverture. Divisée en 6 séquences, la pharmacité 2018 présentait les enjeux de la médecine du futur. Au programme : débats, présentations et rencontres. Revenons ensemble sur différents points qui permettent de comprendre les enjeux et problématiques de toutes ces innovations médicales.



(source : www.leem.org)

Nichée sous la pyramide de verre, cette 3ème édition de la Pharmacité s’annonçait riche en problématiques et débats. Médecins, scientifiques ou professeurs se sont succédés pour discuter de leur vision idéale de la médecine du futur. Retour sur ce vendredi 14 qui était consacré à la e-santé.

C’est sous une chorégraphie de lumières et un tonnerre d’applaudissements que les débats ont commencé. Les premiers intervenants Marine Barnérias, Gérald Bronner et Lionel Naccache ont débattu autour d’une question : « Comment serons-nous soignés demain ? ». Les intervenants s’accordent sur un point : La technologie est une aide nécessaire mais elle ne doit pas remplacer l’homme. La relation humaine reste vitale dans la guérison des patients. Marine Barnérias, auteure du livre « Super Hero », soulignait l’importance de la relation entre le patient et le médecin : « Mettre l’humain avant le médicament et créer une relation plus personnalisée avec mon médecin ». La jeune auteure insistait sur cette relation de confiance souvent mise de côté par les professionnels de santé. Pourtant, elle reste indispensable dans le parcours du patient. «La puissance des mots a un impact immense sur le patient ». Une phrase forte qui démontre la nécessité d’une meilleure communication. D’ailleurs, Aurélien Lambert confirmait cette relation indispensable lors de son intervention à l’université d’e-santé de Castres : « Le médecin n’est pas au-dessous, ni au-dessus du patient, c’est une équipe »

Dès l’ouverture de la séquence Innovation (traitements : bienvenue dans l’ère de l’hyper-personnalisation), Gilles vassal a mis l’accent sur le besoin de la digitalisation des outils de production. « En 2030, nous allons vers un jumeau digital ou numérique de l’homme (…) je pense que dans les prochaines années on aura des outils pour intégrer toutes les informations générées pour un patient donné et on pourra mieux comprendre l’évolution de la maladie et ainsi proposer les meilleurs traitements possibles. Cela permettra d’apporter une précision encore plus importante qu’elle ne l’ait maintenant, afin d’améliorer ces traitements et d’avoir une médecine qui s’intéressera à la personne”. L’objectif est donc de comprendre toutes les données pour améliorer les traitements de la maladie. De plus, chaque avancée technologique procurera un gain d’efficacité et de temps pour les professionnels de santé. L’intelligence artificielle ou autres recherches technologiques sont fortement bénéfiques pour le secteur médical.


(source : Twitter @LeemFrance)

La motivation est la clé de l’innovation. Elle pousse chercheurs, scientifiques, médecins et startup de santé à améliorer leur approche avec la médecine. Cependant, pour y arriver, il faut une cohésion entre ces différents acteurs. "Start-up et santé doivent communiquer pour développer ensemble des produits qui auront une grande efficacité clinique. L'important, c'est d'avoir un avis de terrain, patients et professionnels, pour toucher au mieux la réalité" soulignait Cécile Monteil lors de la séquence Écosystème (Entreprise de la santé : la bonne Équation demain). Ainsi, elle distinguait deux éléments : D’un côté, ceux qui ont des idées pour faire avancer le système médical mais qui n’ont pas d’expérience dans ce domaine. D’un autre côté, nous retrouvons les médecins qui souhaitent participer à cette innovation mais qui n’ont pas les outils pour les concrétiser. Deux mondes distincts mais unis par l’envie de développer la médecine de demain. L’union de la médecine et de la technologie permettent de comprendre les réelles attentes des soignants. C’est d’ailleurs la force de Pandalab. L’expérience médicale et les professionnels du numérique permettent de cibler au mieux les attentes des soignants.

Points communs entre tous les participants du forum pharmacité : l’espoir de voir avancer les recherches ! La médecine de 2030 est une série de challenges, d’idées et de motivation. C’est une aventure importante pour tous, soignants comme patients, chercheurs comme startup. Ce sont ces alliances qui permettent d’anticiper cette médecine de demain.

Retour à la liste des articles du blog